Structure de propriété, relation d'agence et performance financière - article ; n°3 ; vol.42, pg 521-552

icon

34

pages

icon

Français

icon

Documents

1991

Écrit par

Publié par

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

34

pages

icon

Français

icon

Ebook

1991

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Revue économique - Année 1991 - Volume 42 - Numéro 3 - Pages 521-552
Structures de propriété, relation d'agence et performance financière. Ownership structures, agency relationship and financial performance
Cette étude a pour objectif de tester l'incidence de la structure de propriété et plus généralement de la forme organisationnelle sur la performance financière, dans l'optique de la théorie de l'agence en distinguant trois types de sociétés : les sociétés manager/aies, les sociétés contrôlées et les sociétés familiales. Après une discussion préalable sur la notion de performance financière et le choix d'une mesure adéquate, les tests ont été conduits sur les différentes mesures sélectionnées et sur un échantillon de sociétés cotées françaises afin de vérifier la validité de certaines conclusions fondées sur des recherches effectuées aux États-Unis, puis d'apprécier la pertinence de la démarche proposée. Les conclusions obtenues corroborent la thèse de la neutralité de la structure de propriété, et plus généralement de la forme organisationnelle, lorsqu'on considère le point de vue des actionnaires. En revanche, si on adopte l'objectif de maximisation de la valeur de la firme, les sociétés familiales réalisent une performance supérieure. L'origine de ce dernier résultat qui confirmerait l'hypothèse de convergence des intérêts, pourrait se situer dans l'importance des coûts d'agence liés à l'endettement dans ce type de firme.
Ownersfflp structures, agency relatlonship and financial performance
This study aims to test the effect of ownership structure and more broadly of organizational form on financial performance according to agency theory, by distinguishing between three types of firms : managerial firms, controlled firms and family-owned firms. After discussing the financial performance notion and choice of a relevant performance measure, tests have been conducted on the selected measures for a sample of french listed firms in order to verify validity of some conclusions based on american studies and to judge the relevancy of the proposed arguing. Our findings corroborate the neutrality thesis of ownership structure and of organizational form, from shareholder's point of view. On the contrary, if we adopt the firm-value maximization goal, family-owned firms obtain a higher performance. This last resuit which should confirm the convergence-of-interest hypothesis, could be explained by importance of debt-financing agency costs in this kind of firms.
32 pages
Source : Persée ; Ministère de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche, Direction de l’enseignement supérieur, Sous-direction des bibliothèques et de la documentation.
Voir Alternate Text

Publié par

Publié le

01 janvier 1991

Nombre de lectures

68

Langue

Français

Poids de l'ouvrage

3 Mo

Monsieur Gérard Charreaux
Structure de propriété, relation d'agence et performance
financière
In: Revue économique. Volume 42, n°3, 1991. pp. 521-552.
Citer ce document / Cite this document :
Charreaux Gérard. Structure de propriété, relation d'agence et performance financière. In: Revue économique. Volume 42, n°3,
1991. pp. 521-552.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reco_0035-2764_1991_num_42_3_409292Résumé
Structures de propriété, relation d'agence et performance financière. Ownership structures, agency
relationship and financial performance
Cette étude a pour objectif de tester l'incidence de la structure de propriété et plus généralement de la
forme organisationnelle sur la performance financière, dans l'optique de la théorie de l'agence en
distinguant trois types de sociétés : les sociétés manager/aies, les sociétés contrôlées et les sociétés
familiales. Après une discussion préalable sur la notion de performance financière et le choix d'une
mesure adéquate, les tests ont été conduits sur les différentes mesures sélectionnées et sur un
échantillon de sociétés cotées françaises afin de vérifier la validité de certaines conclusions fondées sur
des recherches effectuées aux États-Unis, puis d'apprécier la pertinence de la démarche proposée. Les
conclusions obtenues corroborent la thèse de la neutralité de la structure de propriété, et plus
généralement de la forme organisationnelle, lorsqu'on considère le point de vue des actionnaires. En
revanche, si on adopte l'objectif de maximisation de la valeur de la firme, les sociétés familiales
réalisent une performance supérieure. L'origine de ce dernier résultat qui confirmerait l'hypothèse de
convergence des intérêts, pourrait se situer dans l'importance des coûts d'agence liés à l'endettement
dans ce type de firme.
Abstract
Ownersfflp structures, agency relatlonship and financial performance
This study aims to test the effect of ownership structure and more broadly of organizational form on
financial performance according to agency theory, by distinguishing between three types of firms :
managerial firms, controlled firms and family-owned firms. After discussing the financial performance
notion and choice of a relevant performance measure, tests have been conducted on the selected
measures for a sample of french listed firms in order to verify validity of some conclusions based on
american studies and to judge the relevancy of the proposed arguing. Our findings corroborate the
neutrality thesis of ownership structure and of organizational form, from shareholder's point of view. On
the contrary, if we adopt the firm-value maximization goal, family-owned firms obtain a higher
performance. This last resuit which should confirm the convergence-of-interest hypothesis, could be
explained by importance of debt-financing agency costs in this kind of firms.Structures de propriété,
relation d'agence
et performance financière
Ownership structures, agency relationship
and financial performance
Gérard Charreaux *
Cette étude a pour objectif de tester l'incidence de la structure de propriété et
plus généralement de la forme organisationnelle sur la performance financière,
dans l'optique de la théorie de l'agence en distinguant trois types de sociétés : les
sociétés managériales, les sociétés contrôlées et les sociétés familiales. Après
une discussion préalable sur la notion de performance financière et le choix d'une
mesure adéquate, les tests ont été conduits sur les différentes mesures
sélectionnées et sur un échantillon de sociétés cotées françaises afin de vérifier la
validité de certaines conclusions fondées sur des recherches effectuées aux
États-Unis, puis d'apprécier la pertinence de la démarche proposée. Les
conclusions obtenues corroborent la thèse de la neutralité de la structure de
propriété, et plus généralement de la forme organisationnelle, lorsqu'on considère
le point de vue des actionnaires. En revanche, si on adopte l'objectif de
maximisation de la valeur de la firme, les sociétés familiales réalisent une
performance supérieure. L'origine de ce dernier résultat qui confirmerait
l'hypothèse de convergence des intérêts, pourrait se situer dans l'importance des
coûts d'agence liés à l'endettement dans ce type de firme.
L'étude de la relation entre la performance des firmes et la structure de
propriété constitue un thème privilégié et ancien de la littérature économique
qui trouve notamment son origine dans l'œuvre de Berle et Means [1932] et la
mise en évidence des problèmes suscités par la séparation des fonctions de
propriété et de décision1. La reconnaissance de cette séparation a conduit
notamment au développement des conceptions managériales de la firme où les
dirigeants sont censés poursuivre d'autres objectifs que la maximisation de la
valeur de marché du patrimoine des actionnaires (Baumöl [1959], Marris
[1964], Galbraith [1967], Williamson [1964]) ; cette divergence impliquerait la
* Deux versions préliminaires de cet article ont été présentées en mai 1988 au colloque de
l'ARAE à Lyon et en octobre 1989 aux Journées nationales des I.A.E. L'auteur remercie
P. Salmon et B. de Montmorillon, professeurs à l'Université de Bourgogne, ainsi que les deux
referee anonymes pour leurs commentaires et suggestions.
1. On entend par fonction de décision, la fonction dévolue aux dirigeants. Nous réserve
rons le terme contrôle pour la fonction de surveillance.
521
Revue économique — N° 3, mai 1991, p. 521-552. Revue économique
rupture du lien entre la fonction sociale de la propriété privée et l'allocation
optimale des ressources dans l'économie. Les réponses apportées par la théorie
économique traditionnelle au courant managerial ont consisté à prétendre que les
dirigeants sont soumis à des contraintes externes ou internes qui les obligent à
gérer conformément à l'objectif traditionnel. Certains auteurs, tels que Demsetz
[1983], soutiennent même que la séparation propriété/décision conduit à une
baisse des prélèvements des dirigeants et qu'il n'y a aucune raison de penser
qu'une firme dont le capital est intégralement détenu par son dirigeant soit plus
efficace qu'une société où le capital est dispersé.
Dans l'état actuel de la littérature, trois conceptions principales, quant à la
liaison entre la performance et la structure de propriété, semblent s'affronter :
la thèse de la « convergence des intérêts », la thèse de la neutralité et enfin la
thèse de 1'« enracinement »l. Selon la première thèse, soutenue initialement par
Berle et Means et reprise notamment par Jensen et Meckling [1976], plus le
pourcentage de capital détenu par les dirigeants est important, plus l'écart par
rapport à l'objectif traditionnel de maximisation de la valeur est faible. La thèse
de la neutralité sous sa forme la plus pure est celle de Demsetz [1983], selon
laquelle la structure de détention du capital constitue une réponse endogène
du processus de maximisation du profit, fonction des caractéristiques d'exploita
tion de la firme et des pressions exercées par l'environnement (les marchés
externes) ; autrement dit, toutes les structures sont équivalentes. Enfin, la thèse
de l'enracinement soutient au contraire que les dirigeants qui possèdent une
majorité solide du capital échappent à tout contrôle et peuvent ainsi gérer dans
une optique contraire à la maximisation de la valeur. Des positions plus
nuancées existent également. En particulier, celle de Fama et Jensen [1983]
qu'on qualifiera de « neutralité atténuée » et sur laquelle nous reviendrons ;
en s'appuyant sur l'argument de la sélection naturelle, ils concluent que les
formes organisationnelles qui survivent à terme sont également efficaces ;
cependant de par ce même argument, ils laissent la possibilité d'existence de
structures de propriété inadaptées sur le court terme. Leur analyse dépasse,
en outre, la simple prise en compte de la structure de propriété

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text