Cours

icon

45

pages

icon

Français

icon

Documents

Écrit par

Publié par

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe Tout savoir sur nos offres

icon

45

pages

icon

Français

icon

Ebook

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe Tout savoir sur nos offres

Cours : Pratique Diplomatique Professeur :CHAFIKA AGUEZNAY Options : Diplomatique et consulaire Partenariat et coopération internationale Introduction Toute société doit bénéficier d’un pouvoir et d’un corps pour débattre des problèmes qui la touchent à l’échelle internationale, c’est à la diplomatie qu'incombe ce rôle. Pour s’exercer cette diplomatie a besoin de ses propres agents; Puisque tant que les gouvernements des divers pays auront des rapports entre eux, ils leur faudra des agents pour les représenter, les renseigner et les informer. Tout Etat de la société internationale ne cesserait jamais de multiplier les efforts pour affirmer, confirmer son image de marque, soit pour s’imposer, soit pour faire prévaloir sa souveraineté. Ce ci a été le cas des pays ayant acquis leur indépendance à l’aube du XX° siècle. C’est grâce à une diplomatie active et donc à un appareil diplomatique militant et surtout compétent que ces pays ont pu s’imposer. Ce pendant autant les affaires étrangères dans tout pays revêtent un intérêt primordial, (il suffit d’une crise externe de quelque ordre qu’elle soit pour que toute la population y prête une oreille attentive), autant les diplomates n’ont jamais été favorablement acceptés on a ainsi pu entendre parler soit de « caméléon » ou de douce incompétence, de légèreté ou même taxés de "duplicité". Longtemps les diplomates ne paraissaient jouer qu’un rôle secondaire voir nul. Cependant une ...
Voir Alternate Text

Publié par

Nombre de lectures

299

Langue

Français

Cours : Pratique Diplomatique Professeur :CHAFIKA AGUEZNAY
  Options : Diplomatique et consulaire  Partenariat et coopération internationale  Introduction Toute société doit bénéficier d’un pouvoir et d’un corps pour débattre des problèmes qui la touchent à l’échelle internationale, c’est à la diplomatie qu'incombe ce rôle. Pour s’exercer cette diplomatie a besoin de ses propres agents; Puisque tant que les gouvernements des divers pays auront des rapports entre eux, ils leur faudra des agents pour les représenter, les renseigner et les informer. Tout Etat de la société internationale ne cesserait jamais de multiplier les efforts pour affirmer, confirmer son image de marque, soit pour s’imposer, soit pour faire prévaloir sa souveraineté. Ce ci a été le cas des pays ayant acquis leur indépendance à l’aube du XX° siècle. C’est grâce à une diplomatie active et donc à un appareil diplomatique militant et surtout compétent que ces pays ont pu s’imposer. Ce pendant autant les affaires étrangères dans tout pays revêtent un intérêt primordial, (il suffit d’une crise externe de quelque ordre qu’elle soit pour que toute la population y prête une oreille attentive), autant les diplomates n’ont jamais été favorablement acceptés on a ainsi pu entendre parler soit de « caméléon » ou de douce incompétence, de légèreté ou même taxés de "duplicité". Longtemps les diplomates ne paraissaient jouer qu’un rôle secondaire voir nul. Cependant une question est à poser ; l’apparente désuétude de la formule diplomatique est-elle réelle ? Et nonobstant l’apparence aveuglante, la diplomatie ne demeure-t-elle pas le moyen privilégié de défense des intérêts fondamentaux des Etats ? La réponse à cette question relève à notre avis plus de la réflexion politique que de la pratique diplomatique. En premier lieu posons-nous la question qu’est-ce que la diplomatie ? Plusieurs définitions peuvent êtres avancées.    1C/AmSa/C.Agy/Prat-Dip
  ESSAI DE DEFINITION :   Le « Larousse » consacre à la diplomatie une définition très succincte, elle est « la science des rapports internationaux » alors que dans "le Robert" elle est « une branche de la politique qui concerne les relations entre Etats, un art de la représentation des intérêts d’un gouvernement à l’étranger ; de l’administration des affaires internationales , de la direction et de l’exécution des négociations entre Etats » la deuxième définition nous paraît ici plus globale et en même temps plus spécifique. En tout cas il faut entendre par diplomatie dans le contexte de ce cours : « l’ensemble des moyens et activités spécifiques qu’un Etat consacre au service de sa politique étrangère » . Ce concept a directement trait à l’art de négocier des affaires de l’Etat, mais il faut aussi se garder de l’identifier d’une manière caricaturale à la politique étrangère, dont la diplomatie n’est en réalité qu’un sous-ensemble. Elle n’en est qu’un instrument parmi tant d’autres, comme le commerce, les investissements, les représentations dans les expositions internationales …. (Sport s) etc.… Cependant pour être exercée d’une manière positive et satisfaisante, elle a besoin d’être investie de la confiance totale de l’Etat, car nous croyons du moins que les nations n’ont et n’auront jamais q’une façon adéquate et lucide de défendre leurs intérêts réciproques, que dans la paix et dans la coexistence pacifique (dans son sens plein et littéral et non en tant que concept des Relations internationales) : c’est la Diplomatie. Celle-ci s’exerce depuis des temps très reculés, dans les cités grecques, dans l’empire romain tant au niveau des pourparlers, que des immunités en temps de guerre ou en temps de paix: Ce sont là des prémices fondamentaux de la pratique diplomatie.  II APERçU  a) C’est en Grèce qu’apparaissent les véritables prémices de la pratique diplomatique :Accords négociés, réconciliation, la trêve, divers types d’arrangements: traités ou alliances, mise en place des consuls, recours à l’arbitrage entre cités , conseils amphictyoniques ( c a d les délégués des cités grecques délibèrent sur les intérêts communs et jugeaient des différends qui surgissaient entre elles) privilèges et immunités étaient octroyés en vertu du principe d’ extraterritorialité qui est en fait une fiction diplomatique en vertu de la quelle les agents 2C/AmSa/C.Agy/Prat-Dip
H SIOTIRQEU 
diplomatiques régulièrement accrédités auprès d’un gouvernement étranger sont censés résider dans le pays qu’ils représentent et non sur le territoire où ils exercent leur fonction. Cependant, à ce niveau si le principe semblait acquis, la pratique était encore loin d’être maîtrisée.  b) Dans l’empire romain bien que les ambassadeurs n’étaient pas encore résidents, ils étaient désignés pour de courtes durées pour des missions « ad hoc ». Rome n’accordait l’immunité qu’aux émissaires étrangers et non à leurs correspondances. La pratique de la remise d’otages pour garantir l’exécution d’un traité et celle de l’ultimatum furent introduites par les romains.    De façon générale, la volonté de lempire romain dimposer ses vues au reste du monde se répercuta automatiquement sur sa diplomatie ce qui nous pousse à adopter la conclusion suivante : une diplomatie imposée disparaît avec son empire .Avec le déclin de l’empire, à la cour de Byzance la diplomatie prend de plus en plus sa forme moderne, mais elle ne tarda pas à l’instar de la diplomatie moderne à sombrer dans les méandres de la corruption et des intérêts privés.  c) Le moyen - âge quand a lui n’apporta aucune évolution particulière à la diplomatie à cause du caractère cosmopolite de l’époque. Les Républiques italiennes et la Renaissance annoncent la diplomatie moderne, qui commencera à tracer ses premiers jalons à partir du XIII siècle : Envoi d’ambassadeurs pour des courtes durées 3 à 4 mois, et depuis le XV siècle l’envoi de missions pour plusieurs années. à la personnalisation de la diplomatie , se substitue la nécessité d’établir des représentations diplomatiques accréditées par l’un et résidentes chez l’autre Etat : « les souverains solitaires deviennent solidaires ». Le terme ambassadeur ou "serviteur chargé de commission" est de création relativement récente, dans la terminologie officielle. Il fait son apparition au XVII Siècle, au moment où sorganisaient les relations permanentes entre souverains ; même si les termes « diplomatie » et « diplomate » remontent à l’antiquité, en Grèce on utilisait déjà lexpressions « titre de circulation » (passeport) documents relatifs à des accords extérieurs, l’adjectif « diplomatique » remonte par contre à la consolidation des nations modernes. La diplomatie devient le moyen pour un Etat de mettre en œuvre sa politique extérieure au sein d’une communauté d’Etats, elle n’existe que
3
C/AmSa/C.Agy/Prat-Dip 
4
parce que cet Etat, cette politique et cette communauté existent. Par conséquent on peut dire que la diplomatie est fille des temps modernes. En s'institutionnalisant, le rôle de la diplomatie s’éclairci et s’étend.  Aux classiques fonctions de représentation et négociation sy  adjoignent de nouvelles : protection des intérêts commerciaux, les renseignements, l’information… Ce qui n’est pas toujours accepté par l’Etat d’accueil. C’est pourquoi à l’extérieur, les diplomates étaient surveillés de très près. Dans certains pays ils étaient traités comme des prisonniers de guerre, Dans leur pays d’origine ils étaient parfois accusés parce qu’ils « contaminaient la population avec des idées étrangères (pensées) » Tout cela concourait à faire des ambassades des institutions à grand risque, ce qui ne pouvait que faire fuir les éventuels candidats. Un diplomate anglais du XVII siècle Henry WOTTON confirmait cela en disant qu’« un ambassadeur est un honnête homme qu’on envoie mentir à l’étranger pour le bien de son pays ». Ce sont les congrès de Vienne et d’Aix la Chapelle qui codifièrent la réglementation diplomatique (congrès de viennes 1815-Protocole d’Aix la chapelle 21 novembre 1818). De toutes les manières jusqu’à la première guerre mondiale, la formation du personnel diplomatique avait fini par s’uniformiser de même que son action empreinte sagement de secrets s’occupait discrètement de la négociation loin des media et de l’opinion publique .  Cha itre Préliminaire : Diplomatie moderne : les aspects dominants  La diplomatie contemporaine a été marquée par deux étapes successives  en effet la fonction diplomatique a varié suivant la conjoncture mondiale. D’abord elle a connu une période de crise avec la première guerre mondiale, avant de présenter un nouveau visage qui s’adapte autant que faire se peut, avec la fin du XXéme siècle et le début du XXIème siècle.  Section I : La diplomatie en crise  La guerre de 1914 –18 aséna un coup fatal à la diplomatie. Elle est mise au banc des accusés, pire encore elle est jugée coupable d’avoir déclanché la guerre, alors qu’aux yeux de l’opinion, elle devait maintenir la paix. La diplomatie secrète est montrée du doigt comme le C/AmSa/C.Agy/Prat-Dip
principal responsable du désastre (Opposant les empires centraux, d’Allemagne, Turquie plus Bulgarie contre la triple alliance France, Grande Bretagne, Russie plus Serbie et Belgique…) la remise en cause de la diplomatie de l'époque est inhérente à la révolution bolchevique qui voulait substituer aux intérêts étatiques, la lutte des classes sans frontière aucune, introduisant les nouveaux comportements du modèle soviétique.    D'un autre côte l’apparition des Etats-Unis en tant que grande puissance, introduit un nouvel élément et un nouveau ton accentuant encore plus le champ de la diplomatie et ce manifestement depuis l’époque de Wilson (1856-1924) démocrate à l’origine de la S.D.N et ses « 14 points » dont le premier imposa la publicité à la diplomatie (accords- négociation). Attitude corrigée par la suite, en précisant que la publicité ne touchera désormais que le résultat et non les négociations proprement dites (pour éviter la versatilité de l’opinion publique, son inconstance, sa mobilité,son incertitude) Il est vrai que sans le secret diplomatique facteur de réussite et de succès de toute entreprise «il n’est plus de choix que de triompher ou de capituler » d’où l’échec à tous les coups des négociations entreprises où il ne s'agit plus de rapprocher les vues des uns et des autres mais de les confronter, accusant, et accentuant les antagonismes. Cependant la pression, la teneur et le poids de l’opinion publique fortement armée de nouveaux moyens de communication (diversité des médias) en est pour beaucoup dans la crise dans la quelle se débat encore la diplomatie ( crise Irak) a cela s’ajoute le progrès technique et technologique ( téléphone- téléscripteur- machine chiffreuse ,transmission radiophonique , télévision , satellite ,NTIC….) qui impo sent de nouvelles stratégies et des mutations que doit opérer la diplomatie .On ne se soucie plus pour la conclusion d’un traité ou d’un accord international, uniquement des seuls intérêts de son Etat ou d’un groupe de puissance, mais aussi et surtout on tient compte des réactions plausibles de son opinion publique (partis politiques, syndicats, presse…) on essaie alors d’éviter les écueils. Mais est-ce à dire que le champ d’activité de la diplomatie est resté un vase clos ? tout au contraire il ne cesse de s’étendre : aux champs classiques (accord commerciaux, douaniers, financiers, fiscaux bancaires,…) viennent se greffer de nouveaux , dont le meilleur exemple d’illustration est l’émigration avec tous les problèmes qu’elle draine derrière elle et toutes les difficultés engendrées (xénophobie, racisme, recrudécence des
5
C/AmSa/C.Agy/Prat-Dip 
nationalismes….) et cela ne peut être que l’apanage de la diplomatie, même si l’hétérogénéité et l’antagonisme qui caractérisent la société internationale, le climat de suspicion qui emprunt les relations entre Ces grandes puissances s’efforcent de rétrécir, ou tout moins de compliquer le champ d’action de la diplomatie, dans d’interminables négociations où il faut user de clairvoyance pour déceler les vraies, des feintes déclarations. On peut se poser la question de savoir si la crise de la diplomatie, si crise il y a, est-elle une crise de croissance (adaptation à de nouvelles données) ou une crise de vieillesse ? (incapacité chronique à s’actualiser et à opérer des dépassements) c’est ce que nous essayons de voir à travers l’étude de la diplomatie contemporaine.  Section II : La diplomatie contemporaine  Alors que les tâches de la diplomatie traditionnelle consistaient en la modernes vont totalement changer l’objet de sa mission. De nos jours le chef de mission diplomatique est nommé par le chef de l’Etat et il est accrédité par celui qui le reçoit .De même des privilèges et immunités sont accordés à l’établissement officiel des relations diplomatiques. A ce propos Montesquieu (1689-1755) disait dans « l’esprit des lois» : « les ambassadeurs sont la parole du Prince qui les envoie, et cette parole doit être libre ». Actuellement plus qu’avant la vie politique offre plusieurs occasions aux diplomates pour faire connaître leurs pays : banquets, inaugurations, congrès, rencontres culturelles, sportives ou autres……. . Le succès d’un diplomate ne se mesure plus uniquement à la discrétion, au silence, mais à sa capacité, de bien représenter son pays en toutes circonstances ce sont ses capacités d’homme public, qui doivent être désormais mise en valeur et non sa timidité. Il doit être le «Premier agent publicitaire de son pays ». * La protection de ses concitoyens constitue l’aspect qui a le plus perdu de son acuité. Jadis il était « le père de la colonie » cette besogne est ramenée à son seul aspect administratif. Désormais c’est le consul qui s’en charge (faire libérer de prison, secourir, rapatrier,) *quand à la protection des intérêts, elle s’est maintenue voire étendue. Par ailleurs la mutation fondamentale de la diplomatie a touché surtout le secteur de l’information, Puisque outre les informations que le diplomate doit procurer continuellement à son pays (informations variées nécessitant un corps spécialisé, habile et compétent), il doit expliquer au pays d’accueil
6
C/ASma/C.Agy/Prat-Dip 
les aspects saisissants ou méconnus de l'actualité nationale du pays dorigine.  * l’information a désormais plusieurs facettes et doit être puisée dans plusieurs sources, parfois difficilement accessibles :soit dans les cabinets ministériels , soit au parlement, ou même au sein de l’opinion publique, il peut s’agir du coût de la vie , emploi, conflits sociaux religieux, organisation de l’armée, économie, finances, enseignement, recherches….  Tout cela doit être assuré minutieusement et donc faire l’objet de l’information. Cependant dans la collecte de l’information les ambassades ne sont pas les seules sur la brèche, il y a aussiles mass media,libres de toutes contraintes, le journaliste généralement spécialisé est plus à l’aise que le diplomate, il apprend et communique l’information bien avant ce dernier, qui ne fait que la confirmer ou l’infirmer. Ces deux acteurs (diplomate et journaliste) différents cependant dans le traitement de l’information, d’où l’intérêt de précision pour le diplomate : notamment appréciation du contexte et l’angle sous lequel l’information doit être connue. La différence viendra aussi de l’interprétation objective, réalisée grâce à des collaborateurs spécialisés et professionnels. Le diplomate doit être pour son pays la source d’information la plus crédible, la plus fiable et la plus sûre. S’agissant des négociations, le diplomate est bousculé et celles qu’il entreprend dépassent sa seule compétence d’ou l’appel à des techniciens (domaine militaire, financier, agricole, technologie…) les pourparlers sont généralement confiés à des hauts fonctionnaires, à des dignitaires de l’Etat ayant à la fois la capacités de saisir le problème dans sa globalité, et le pouvoir d’engager la responsabilité de l’Etat. De ce fait des entraves graves résultent de la substitution de plus en plus prononcée de l’expert- technicien au diplomate. Partant de cela la fonction du diplomate devient de plus en plus formelle : il s’agira d’organiser les rencontres, transmettre les directives ou les informations et signer les textes de conclusions.  En Europe occidentale (UE) l’effacement ou « la marginalisation » du diplomate est la plus prononcée lorsque « les 25 » négocient discutent ou délibèrent une question relative à l’agriculture par exemple, se sont les ministres de l’agriculture qui s’en chargent et ainsi pour toutes les branches de la vie politico-économique.
7
C/ASma/C.Agy/Prat-Dip 
Le diplomate est aussi présent dans les réunions groupant plusieurs Etats, pratique qui a toujours existée et qui a été institutionnalisée depuis le XIX°S. Ici aussi la compétence, la sphère d’action du diplomate se trouvent réduites, puisque là encore les ministres ou les chefs d’Etats se sont substitués à lui ce qui ne se déroule pas toujours sans heurts, par manque de l’effet amortisseur de la diplomatie.  Il apparaît donc que les diplomates, n’ont plus leur place, qu’ils ne sont plus que de simples chambellans ; cest en tout cas lidée répandue dans l’opinion publique, ce pendant contrairement à cela « Dans le jeu de plus en plus complexe et abscond des rapports internationaux , le rôle dévolu à la diplomatie est à la fois d’orientation et d’impulsion, de coordination et de contrôle» le diplomate moderne devient par excellence et à la lumière de ce que nous venons de voir, l’agent privilégié de prospection pour son pays, dont la principale tâche est la recherche constante d’ouverture de nouvelles perspectives, et dans ce cas s’il ne dispose d’aucune ressource propre , il peut recourir à toutes celles dont dispose la nation.  Section III : Profil d’un diplomate moderne  De même que les postes diplomatiques ont évolué à travers le temps et l’espace, suivant les exigences et les impératifs de la fonction, leur personnel a aussi subi des évolutions pour s’adapter aux besoins nouveaux du service. Le diplomate est aujourd’hui un personnage différent de ce qu’il était au début du siècle (comme un chef d’entreprise est différent du patron d’autrefois) :  - S’agissant du diplomate au sens strict du terme ,c’est à dire un agent appartenant statutairement à l’administration des affaires étrangères, ou du moins occupant des postes réservés en principe à ces agents de carrière, son recrutement ,sa formation et son activité ont changé.  - Le diplomate a accédé à un statut professionnel propre. (Décret sep 1985 au Maroc) étant donné la spécificité de sa vocation. La révolution française par exemple a précisé le projet d’organisation de cette fonction en instituant une hiérarchie des grades au niveau des services centraux et extérieurs, en fixant les règles de recrutement, de rémunération de discipline. Cette réforme est justifiée par TALLEYRAND et HAUTERIVE de la manière suivante : « une administration qui n’a pas de système de promotion n’a pas proprement d’employés; les hommes qui s’en occupent sont des salariés qui ne voient devant eux aucune 8C/AmSa/C.Agy/Prat-Dip
perspective, autour d’eux aucune garantie et au dessus deux aucun motif de confiance, aucun ressort d’émulation aucun élément de subordination. Il ne se forme dans cette administration aucun esprit, aucun honneur de profession…le système de promotion est dans la main du ministre, la seule arme avec laquelle il puisse repousser l’ineptie ambitieuse, s’affranchir des importunités du patronage, remettre en crédit l’expérience, la vertu, le talent, et subordonner le droit important de choisir au seul empire de la justice et du discernement » Jadis le service diplomatique passait souvent pour une occupation damateurs. On parlait en Grande – Bretagne du  «divertissement extérieur de l’aristocratie ». Actuellement ce «divertissement » est devenu un métier combinant expérience compétence et labeur. Le diplomate moderne doit répondre à un certain nombre de critères fondamentaux: 1-la représentativité: l’ambassadeur ou le diplomate en général est dûment habilité sur le plan politique à engager son gouvernement. C’est en lui que s’exprime sa nation sur le plan moral (c’est souvent en sa personne que celle-ci sera jugée) Il est le rayonnement de l’image qu’un pays offre de lui même. Il est en constante représentation (au sens propre) dans ses contacts personnels devant un public étranger. Ce critère suppose un comportement respectable et respectueux à la fois doublé de sympathie, forme première de l’influence, bien sûr pour adopter une telle attitude le diplomate doit être doté d’une certaine aptitude à jouer ce rôle. 2-Le sens politique une certaine clairvoyance instructive et traduit intuitive, une intelligence rapide et profonde des situations aussi complexe soient – elle si «la moitié des maux dece monde provient de l’inexactitude et de l’imprécision » c’est en matière diplomatique que ces défauts sont les plus néfastes, le diplomate doit observer une discrétions extérieure totale, le secret reste parfois le gage des délibérations fécondes et des décisions efficaces. A tout cela s’ajoute : 3- :l’art ou le don des relations humaines et sociales Certaines prédispositions naturelles sont indispensables dans ce domaine par exemple la patience ,l'égalité de caractère, une humeur plus portée à s’amuser qu’à s’étonner des inconvénients du jour, le diplomate doit avoir un certain tact et une habilité à manier des esprits profondément différents du sien .Il réalise ainsi une espèce de trait d’union entre les mentalités nationales, grâce au respect d’autrui à la tolérance entre les peuples, vertu très importante (fondée sur la nécessité de concilier les points de vues adverses) 4-La maîtrise de soiest un critère important surtout dans un domaine où s’affrontent les intérêts divers,le sang-froid à tous les instants est
9
C/ASma/C.Agy/Prat-Dip 
nécessaire pour la clarté du jugement comme pour l’efficacité de l’action. Négociation                                                              Partie I  LES ORGANES DE LA DIPLOMATIE   Il sont de deux ordres centraux et externes   Chapitre I : Les organes centraux.  L’importance du Forein Office, le State Département, du Quai d’Orsay, le ministère des affaires étrangères et de la coopération ou de tout autre département des affaires étrangères ne cesse de croître et de s’étendre tant au niveau financier et matériel qu’au niveau des effectifs, cette importance se justifie par le besoin d’adaptation à la nouvelle mission de la diplomatie qui s’ajoute à la traditionnelle. La politique étrangère de chaque Etat est réglementée, orientée et définie par les lois internes,les règles internationales et le droit positif.  Section 1: le chef de l’Etat  L’actuelle constitution marocaine ne définie pas clairement les compétences royales en matière de politique étrangère. L’article 31 qui énonce « le roi accrédite les ambassadeurs auprès des puissances étrangères et des organismes internationaux. Les ambassadeurs ou les représentants des organismes internationaux sont accrédités auprès lui. Il signe et ratifie les traités. Toutefois les traités engageant les finances de l’Etat ne peuvent être ratifiés sans l’approbation, préalable, du parlement. Les traités susceptibles de remettre en cause les dispositions de la constitution sont approuvés selon les procédures prévues pour la réforme de la constitution » cet article est en fait la confirmation de l’article 19 «…Il (le Roi) garantit l’i ndépendance de la nation et l’intégrité territoriale du royaume dans ses frontières authentiques » En cas de proclamation de l’état d’exception l’article 35 prolonge les pouvoirs royaux dans le domaine aussi bien internes qu’international. 10C/AmSa/C.Agy/Prat-Dip
Les traités sont approuvés en conseil des ministres présidé par le souverain.   Section 2 : Le parlement (l'organe législatif)diplomatie parallèle   Le parlement marocain participe également à l’élaboration de la politique étrangère du pays. cette participation se fait soit dune manière directe lors de la ratification des traités soit d’une manière indirecte par le biais de la commission des affaires étrangères et par celui des missions et des unions parlementaires dont : -l’Union inter-parlementaires = 100 parlements représentés -l’Union des parlements Africains (UPA) 22 pays = -l’Union des parlements Arabes = 13 pays. -l’Union des femmes parlementaires……. -l'Union des parlements de l'organisation de la Conférence Islamique….  Section Coopération.  § 1 / Organisation : voir les textes suivants: Le Dahir du 13 octobre 1956 Le décret du 19 septembre 1985, Le décret (1994) structurent en général, le Ministère des affaires étrangères et de la coopération de la manière suivante : I – Ministre plus son cabinet II–une administration centrale et des missions diplomatiques et consulaires. L'administration centrale est composée de : 1 – un secrétariat général chargé de l'activité et de la  coordination de tous les services 2 – une inspection générale, pourle contrôle des Ressources  humaines et matérielle du ministère 3 – une direction des affaires juridiques et des traités pour veiller sur l'aspect juridique des traités et des conventions et pour connaître des conflits diplomatiques et consulaires = 3 divisions 4 – une direction générale des affairespolitiques, pour la préparation des études et synthèses relatives à la politique étrangère du Maroc et pour 11C/AmSa/C.Agy/Prat-Dip
d )ea seiaff sere èrle( in mtrisl  aétrangères et de 3L ints eiM
Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text