Infection à chikungunya - Etude descriptive des cas importés en France métropolitaine, 2005-2006

icon

22

pages

icon

Français

icon

Documents

2007

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

22

pages

icon

Français

icon

Ebook

2007

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

L'émergence en 2005 du chikungunya dans les îles de l'Océan Indien, son extension géographique à d'autres pays de la zone et les importantes épidémies survenues en particulier à la Réunion témoignent de sa capacité d'implantation et de dissémination. Depuis avril 2005, un recensement du nombre de personnes ayant un diagnostic de chikungunya en métropole a été mis en place et réalisé à partir d'une extraction des bases des quatre laboratoires réalisant ce diagnostic en métropole. Parmi les 334 cas recensés, 158 cas ont été interrogés. Ce rapport présente les résultats des questionnaires soumis aux patients, concernant leurs lieux de contamination, leurs pathologies et leurs traitements.
Voir Alternate Text

Publié par

Publié le

01 mai 2007

Nombre de lectures

66

Licence :

En savoir +

Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique

Langue

Français

Maladies infectieuses

Infection à chikungunya

Etude descriptive des cas importés
en France métropolitaine, 2005-2006

Jérôme Lambert, Elisabeth Couturier,
Véronique Vaillant

Sommaire

Résumé

1. Introduction

2. Méthode

3. Résultats

3.1. Population éligible et incluse

3.2. Caractéristiques sociodémographiques

3.3. Description clinique de la phase aiguë de l’infection

3.4. Cas « potentiellement virémiques »

3.5. Thérapeutique lors de la phase aiguë de l’infection

3.6. Hospitalisation

3.7. Evolution

3.8. Lieux d’exposition, types d’hébergement, activités pratiquées

3.9. Mesures de protection antivectorielle

4. Discussion

Références bibliographiques

Questionnaire

2

3

4

4

4

5

5

8

8

9

9

9

10

11

12

13

Infection à chikungunya

Etude descriptive des cas importés
en France métropolitaine, 2005-2006

Rédaction
J. Lambert, E. Couturier, V. Vaillant

Institutions et personnes ayant contribué à l’étude

Laboratoires
Centre national de référence des arbovirus, Institut Pasteur, Lyon
Institut de médecine tropicale du service de santé des armées, laboratoire associé Centre national
de référence des arbovirus, Marseille
Laboratoire Pasteur-Cerba, Saint-Ouen l’Aumône
Laboratoire Marcel Mérieux, Lyon

InVS, Département international et tropical (recensement des cas importés)
H. Cordel, E. Krastinova, C. Paquet, I. Quatresous, A. Tarantola

InVS, Département des maladies infectieuses (étude et enquêteurs)
C. Aranda, F. Belghiti, P. Bernillon, D. Bitar, L. Bouraoui, C. Brouard, C. Campese, I. Capek, F. Cazein,
D. Che, E. Couturier, E. Delarocque-Astagneau, J. De Valk, I. Devaux, G. Delmas, E. Espié, A. Gallay,
S. Georges, J. Lambert, N. Lapidus, C. Larsen, E. Laurent, A. Lepoutre, S. Levu, F. Lot, F. Lottin, A. Mailles, C. Maine,
H. Noël, L. Oudaya, J. Pillonel, R. Pinget, I. Poujol, P. Santa-Olalla, J.-M Thiolet, V. Vaillant

1

Résumé

Lémergence en 2005 du chikungunya dans les îles de lOcéan In dien, son extension géographique à dautres pays de la
zone et les importantes épidémies survenue s en particulier à la Réunion témoignent de sa capacité dimplantation et de
dissémination. Il existe en métropole un potentiel, dune part, dintroduction du virus chikungunya en raison de la
présence de personnes infectées lors dun séjour dans une zo ne de transmission du virus et virémiques en métropole et,
dautre part, un potentiel de transmission du virus en rais on de limplantation limitée du moustique vecteur dans les
Alpes-Maritimes et la Haute-Corse. Depuis avril 2005, un re censement du nombre de pers onnes ayant un diagnostic de
chikungunya en métropole a été mis en place et est réalisé à partir dune extraction des bases des quatre laboratoires
réalisant ce diagnostic en métropole. Afin de mieux apprécier le risque dintroduction en métropole de linfection à
chikungunya et dorienter les mesures de prévention et de c ontrôle, une étude a été menée dont les objectifs étaient de
documenter les cas importés de chikungunya et destimer le no mbre de cas « potentiellement virémiques » lors de leur
retour.

Il sagit dune étude descriptive rétrospective des cas di agnostiqués (avril 2005-mars 2006) recensés par les quatre
laboratoires. Les cas ont été interrogés par téléphone à laide dun questionnaire standardisé. Un cas a été défini par la
présence dIgM anti-chikungunya positi ves (avec ou sans présence dIgG) et/ou une RT-PCR positive et/ou une culture
virale positive et prélevé en métropole. Un cas a été cons idéré comme « potentiellement vi rémique » si le délai entre
les dates de retour en métropole et de début des signes était inférieur à 8 jours.

Parmi les 334 cas recensés, 158 cas ont été interrogés dont 54 % étaient des femmes. Globalement, 96 % ont eu de la
fièvre et 97 % des arthralgies. Soixante-trois pour cent étaient « potentiellement virémiques ». Parmi ceux-ci, la
majorité résidait dans les régions Rhône-Alpes, Ile-de-France, Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte dAzur
(2 résidaient dans les Alpes-Maritimes). Aucun cas « po tentiellement virémique » ne résidait en Haute-Corse.

Vingt-trois cas (15 %) ont été hospitalisés. A la date de lentretien, 30 % des cas se considéraient comme guéris.Parmi
ceux se considérant non guéris, les symptômes persistants ét aient des arthralgies pour 83 % dentre eux. Quatre-vingt-
dix des 150 adultes (60 %) exerçaient une activité professi onnelle et 48 (53 %) avaient eu un arrêt de travail. Aucun
cas na été hospitalisé pour une forme grave. La majorité (83 %) avait séjourné à la Réunion. Globalement, 18 % des
cas nutilisaient aucun moyen de protection le jour et 59 % en utilisaient toujours au moins un. Durant la nuit, ces
proportions étaient respectivement de 19 % et 69 %.

En raison de lampleur de lépidémie de chikungunya surv enue en 2005 à la Réunion et des liens entre lîle et la
métropole, le nombre de cas importés est important. Le tableau clinique lors de la phase aiguë de linfection est
identique à celui décrit lors de lépidémie à la Réunion (fi èvre, arthralgies). Cette étude a confirmé que linfection à
chikungunya est une maladie invalidante lors de la phase aiguë et avec des formes ayant une évolution prolongée.
Létude a aussi permis de contribuer à lanalyse du risque dintroduction et de diffusion du chikungunya en métropole
par lestimation du nombre de personnes virémiques. Malgré le nombre important de personnes « potentiellement
virémiques », très peu dentre elles résident dans les départements métropolitains dimplantation du moustique
vecteur. Depuis mars 2006, il existe un plan national (m étropole, Antilles-Guyane) de lutte contre le chikungunya
renforçant la surveillance épidémiologi que et entomologique pour prévenir et évaluer les risques de dissémination.

2

1. Introduction

Lémergence en 2005 du chikungunya dans les îles de lOcéa n Indien, son extension à dautres pays de cette zone
géographique et les importantes épidémies survenues en particulier à la Réunion témoignent de sa capacité
dimplantation et de dissémination et de son potentiel, dès lors quun vecteur suffis amment compétent est présent
dans des circonstances favorables et que la population es t réceptive. Le chikungunya est transmis à lhomme par des
moustiquesdugenreAedes.EnFrance,Aedesalbopictusestprésentetdurablementinstallédanslesdépartementsde
lOcéan Indien (la Réunion, Mayotte) et en métropole dans de s zones limitées des Alpes-Maritimes et de Haute-Corse.
Aedesaegypti,vecteurduchikungunyaetdeladengue,estprésentdanslesdépartementsfrançaisdelOcéanIndien
et dAmérique (Antilles, Guyane).

Le virus chikungunya a été identifié pour la première fois en 1952 en Tanzanie mais, par la suite, peu dépidémies ont
été décrites (Afrique subsaharienne, Inde, pays du sud-est asiatique). La description de la maladie reposait sur de
petites séries de malades [1,2]. La maladie sexprime dans sa phase aiguë par lassociati on simultanée ou successive de
signes généraux intenses, dune polyarthrite invalidante et de manifestations cutanées. A cette phase aiguë, succède
souvent, à la différence des principale s arboviroses, une symptomatologie polyarthritique pendant quelques semaines à
plus dun an. Au regard de la littérature scientifique, le chikungunya nétait pas considéré comme une maladie 

Voir Alternate Text
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text