Double enquête à L’École des Gars
89 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Double enquête à L’École des Gars , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
89 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

C’est la panique à l’École des Gars! Quelqu’un a révélé le secret de l’existence de Foinfoin et la commission scolaire enquête afin de faire la lumière sur ses mystérieuses méthodes éducatives! Déterminés à protéger leur cher ami, Léonie, Guillaume et les gars mènent leur propre enquête pour trouver le ou la coupable de cette trahison. Rumeurs inquiétantes et révélations surprenantes sont au programme de cet étrange printemps à l’École des Gars. Sans compter qu’élèves et enseignants doivent faire face à de nombreux autres défis : l’arrivée d’un nouvel élève violent supervisé par la DPJ et la présence d’animaux de la ferme dans l’enceinte de l’École!

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 avril 2023
Nombre de lectures 9
EAN13 9782898205354
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0600€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

La vie est un mystère qu’il faut vivre, et non un problème à résoudre.
Gandhi


Avant-propos
L ’ École des Gars est une institution fabuleuse où tout est possible, ou presque. Rémi, Guillaume, Alexi, Justin, Patrick, Samuel et les autres élèves sont des garçons pleins d’énergie, pour ne pas dire hyperactifs. Autrefois, aucun d’eux n’aimait l’école. Mais depuis qu’ils ont intégré l’ École des Gars pour y faire leur 5 e année, ils ont changé d’avis : l’école, c’est génial !
Les garçons ont tous été ravis quand on leur a annoncé qu’ils allaient pouvoir poursuivre leur ­scolarité en 6 e année dans cet établissement où le plaisir d’apprendre rime avec « réussir ». Une classe de 5 e année s’est alors ajoutée au groupe initial. Léonie, une jeune fille au caractère frondeur, faisait partie de cette nouvelle cohorte. Son intégration à l’ École des Gars n’a pas été de tout repos, mais grâce à la persévérance des élèves, des enseignants, du directeur et, surtout, grâce à l’ingéniosité de Foinfoin, un petit bonhomme mystérieux que toute l’équipe adore, elle a fini par trouver sa place elle aussi dans cette école bien spéciale.
Un peu plus tard, ce fut au tour de Fabien, un garçon hypersensible, d’intégrer l’école. Le programme 100 % zen proposé par Foinfoin pour s’ajuster à ses besoins particuliers n’a cependant pas eu le succès escompté. Au contraire. Il avait entraîné un tel sentiment de frustration que les garçons s’étaient finalement livrés à une violente bataille. Foinfoin proposa une solution originale à ce défi. Rien de moins qu’une visite dans un village ancestral autochtone. Là, une autre épreuve les attendait. Après avoir ingurgité des baies mortelles, Fabien était tombé gravement malade. Pendant toute une nuit, il avait oscillé entre la vie et la mort. Heureusement, il avait survécu, aux grands bonheur et soulagement de tous !
Cependant d’autres aventures attendaient encore nos héros ! Quelques semaines plus tard, alors que les élèves décoraient le manoir pour la grande fête de Noël, Léonie et Guillaume, curieux, s’étaient introduits dans les mystérieux souterrains de l’école. Ils y avaient découvert des symboles étranges ainsi qu’un journal datant de plusieurs décennies… ayant semble-t-il appartenu à Foinfoin ! Le passé de ce petit bonhomme semble de plus en plus intrigant… mais les deux amis n’auront pas le temps de poursuivre leur enquête. Les semaines qui viennent sont bien mouvementées ! Suite à un incendie dans une école voisine, l’ École des Gars doit accueillir… une classe de filles ! Une nouveauté qui ne fait pas ­l’affaire de tout le monde et qui forcera élèves et professeurs à revoir leurs préjugés.
Grâce à l’enthousiasme et la détermination de Foinfoin, la cohabitation forcée entre filles et ­garçons se transformera en expérience inoubliable !
Quelques semaines après le départ de la classe des filles, tout bascule. Le matin du premier avril, Léonie reçoit un message anonyme qui la bouleverse. La promesse Je jure de ne jamais parler de Foinfoin à qui que ce soit a été rompue ! ! ! Et tout indique que c’est une fille qui est la coupable !
S’agit-il d’un poisson d’avril ?
Malheureusement, non.
Plus entêtés que jamais, Léonie et Guillaume mènent l’enquête pour démasquer la traîtresse.
Mais qu’arrivera-t-il à Foinfoin s’il est découvert ?
L’avenir de l’ École des Gars est en jeu !


Chapitre 1
À la pêche !


— L éo, Léo, réveille-toi.
Lucie secouait sa fille bien emmitouflée dans sa couette de plumes d’oie.
— M’man, qu’est-ce qui se passe ? gémit Léonie, encore endormie.
— L’ École des Gars est inondée. Monsieur Firmin a besoin de votre aide. Immédiatement. Vite, lève-toi.
Léonie s’était redressée sur son lit plus vite qu’un ressort. Assise bien droite, elle se frottait vigoureu­sement les yeux pour s’aider à sortir de son état encore comateux.
— Inondée ?
— Oui, la cave est complètement submergée d’une eau toute poisseuse.
— Beurk ! fit Léonie d’une moue dédaigneuse.
Lucie scrutait chacune des réactions de sa fille.
Allait-elle mordre à l’hameçon ?
— Oh, c’est pas vrai ! Mon école adorée… Que s’est-il passé ? Les gars sont-ils au courant ? Y’a-t-il des dommages ?
Génial, pensait Lucie. Elle est bien accrochée.
— C’est monsieur Firmin. Tu sais comme il est distrait. Il a oublié de refermer un robinet juste avant de quitter l’école. L’eau s’est donc infiltrée dans la cave. Il doit y en avoir au moins deux pieds. C’est le déluge. Oui, tes amis ont été informés. Pour le reste, je ne sais pas.
Motivée par son succès, la comédienne entraînait sa fille hors du lit avec frénésie.
— Tiens, voici un seau et des bottes de pluie. Tu en auras besoin. Dépêche-toi de t’habiller. L’autobus arrivera plus tôt ce matin.
Emportée par le courant, la jeune fille sortait de son tiroir des vêtements qu’elle enfilait ensuite plus vite que l’éclair. En proie à une vive inquiétude, elle ne réalisait plus ce qu’elle faisait. Le style et la coquetterie étaient à des années-lumière de ses priorités ce matin-là.
Lorsqu’elle était apparue à la cuisine, Lucie avait dû refouler un vif fou rire en apercevant la tenue saugrenue de sa fille. Elle portait son chandail à l’envers. À ses pieds, un bas court rayé rouge et bleu, et l’autre, beaucoup plus long, jaune fluo. Son pantalon était beaucoup trop court.
— Tu as de l’eau dans ta cave ma chérie, plaisanta Lucie en se retenant de ne pas pouffer de rire.
Mais la jeune fille, qui ressemblait davantage à un pêcheur à la mouche qu’à une élégante patineuse, n’avait rien entendu. Elle préparait en quatrième vitesse son petit-déjeuner préféré : yogourt aux céréales et fruits des champs.
Ses gestes étaient tellement précipités qu’elle ne cessait de faire des dégâts.
— T’inquiète, je m’en occupe, la rassura Lucie en lui tournant le dos.
Il ne fallait pas que son rire la trahisse.
Entre deux bouchées, le précieux cadeau que Léonie venait de recevoir pour sa fête (un cellulaire) se mit à biper. L’écran affichait déjà un nombre impressionnant de messages inquiets auxquels elle s’empressa de répondre :
Léo
Oui… l’école est inondée… il faut faire vite, sinon tout va pourrir !
Rémi
Sac à papier, j’ai peur !
Alexi
Sapristi, que s’est-il passé au juste ? Je viens tout juste de me réveiller…
Léo
C’est monsieur Firmin, il a fait une gaffe… l’école est inondée.
Guillaume
C’est grave ?
Léo
Oui, je crois… Apportez des seaux… Et vos bottes de pluie. À tout de suite, les gars, l’autobus est devant chez moi.
La jeune fille bondit de sa chaise pour aller se ­préparer. Elle n’avait pas eu le temps de prendre connaissance du dernier texto reçu qui provenait d’un interlocuteur inconnu.
Dans l’énervement, elle avait même oublié son cellulaire sur la table.
Léonie ! ! ! URGENCE. Une personne mystère semble avoir rompu LA promesse. Je crois connaître son identité. Mais je n’en suis pas totalement certaine non plus. Indice : immense oiseau terrestre aux couleurs flamboyantes.
Après avoir enfilé son imperméable, Léonie tenta difficilement d’insérer son pied droit dans la botte de caoutchouc, visiblement trop étroite pour elle.
— Aïe. Elles ne me font plus, maman !
— C’est normal, tu as grandi cet hiver. On t’en achètera de nouvelles.
— Oui, mais en attendant, c’est dans ces bottes que je devrai passer la journée. Je vais revenir avec les pieds tout écrabouillés, maugréa-t-elle.
Péniblement, elle réussit enfin à enfiler les souliers récalcitrants, mais c’est en boitant qu’elle dut rejoindre les quelques gars déjà à bord de l’autobus.
Cela rendait la scène encore plus cocasse aux yeux de Lucie qui réprimait un nouveau fou rire.
Dès que la demoiselle fut bel et bien installée dans le véhicule, Lucie s’empressa de texter Firmin, son amoureux et directeur de l’ École des Gars.
Lucie
La pêche sera bonne, Firmin. Léonie n’a pas allumé du tout. Fiou ! Je n’aurais jamais cru qu’elle mordrait comme ça…
L’initiateur de ce canular s’en réjouit.
Firmin
Ha, ha, ha, super ! Les autres garçons ont tous mordu aussi. On va se bidonner. Je te raconte tout ça ce soir.
★ ★ ★
Dans l'autobus scolaire, les voyageurs étaient plus grouillants que des ménés dans un étang en ce matin du 1 er avril.
Alexi, le plus impulsif de tous, avait du mal à contenir son stress. Il se mit donc à tambouriner allégrement sur sa chaudière. Les autres l’imitèrent illico pour créer un jam plutôt décousu.
La séance musicale improvisée provoquait un taux de décibels tellement élevé qu’il aurait pu réveiller une marmotte en hiver (comme l’aurait dit Foinfoin) !
Monsieur Plouffe, le chauffeur attitré de l’autobus depuis plusieurs années, s’était mis de la partie en battant la mesure avec son klaxon. Derrière sa moustache plus fournie que celle d’un Gaulois, il affichait un large sourire.


Chapitre 2
Poisson d’avril !
L orsque monsieur Plouffe immobilisa son véhicule, les garçons se bousculèrent tous en même temps vers la porte, pressés de constater l’état des lieux.
— Oh, oh, matelots, un à la fois ! Et faites attention à votre consœur. La pauvre, vous l’écrasez comme une sardine !
En effet, la jeune fille était littéralement coincée entre Rémi et Guillaume, qui s’empressaient de sortir sans faire attention à elle. Les nerfs à vif, Rémi avait reculé et, sans le vouloir, écrasé son pied déjà meurtri par ses bottes trop serrées.
— Aïe, cria Léonie d’une voix haute perchée, tu m’as littéralement broyé les orteils ! Si tu continues comme ça, tu vas en faire de la gibelotte.
— Oh, désolé, fit Rémi, repentant.
— De la gibelotte de poisson, gloussa monsieur Plouffe dans sa barbe.
Lorsqu’ils furent enfin tous sortis de l’autobus, ils détalèrent vers l’entrée de l’école, où les attendait déjà Foin

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents