Le Droit de traduire
685 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
685 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage étudie les conditions d’émergence historiques et discursives du « droit de (la) traduction » et du droit qui l’administre : le droit d’auteur. Privilégiant une approche essentiellement archéologique, l’auteur montre comment la conception classique de la traduction a joué un rôle sensible dans la formation du discours juridique qui a contribué à l’avènement de l’auteur et de son droit tels que conçus aujourd’hui. L’auteur examine les implications culturelles, politiques et éthiques du droit de traduire, surtout pour les pays en développement, engageant par là une perspective postcoloniale. Soucieuse d’une meilleure diffusion du patrimoine culturel mondial, la politique du droit de traduire qu’il propose n’interroge pas seulement le droit d’auteur comme catalyseur de la marchandisation de la production intellectuelle, mais également le droit international comme instrument de l’impérialisme culturel de la mondialisation. Conçu désormais hors du champ juridique traditionnel mais plutôt dans celui d’une résistance politique, l’auteur démontre comment le droit de traduction devient alors un « droit à la traduction ». Publié en français

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 janvier 2009
Nombre de lectures 10
EAN13 9782760318212
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0800€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Le droit de traduire
Le droit de traduire
Une politique culturelle pour la mondialisation
S ALAH B ASALAMAH
Pr face de Nicholas Kasirer
Les Presses de l Universit d Ottawa, 2008. Tous droits de traduction et d adaptation, en totalit ou en partie, r serv s pour tous les pays. La reproduction d un extrait quelconque de ce livre, par quelque proc d que ce soit, tant lectronique que m canique, en particulier par photocopie et par microfilm, est interdite sans l autorisation crite de l diteur.
Catalogage avant publication de Biblioth que et Archives Canada
Basalamah, Salah, 1967- Le droit de traduire : une politique culturelle pour la mondialisation / Salah Basalamah.
(Collection Regards sur la traduction 1480-7734) Comprend des r f rences bibliographiques et un index. ISBN 978-2-7603-0687-5
1. Traduction. 2. Traduction - Philosophie. 3. Droit d auteur - Histoire. I. Titre. II. Collection.
P306.B375 2008 418 .02 C2008-907077-1
542, avenue King Edward Ottawa, Ontario K1N 6N5 www.uopress.uottawa.ca
Les Presses de l Universit d Ottawa reconnaissent avec gratitude l appui accord son programme d dition par Patrimoine canadien en vertu de son Programme d aide au d veloppement de l industrie de l dition, le Conseil des arts du Canada, la F d ration canadienne des sciences humaines en vertu de son Programme de l aide l dition savante, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et l Universit d Ottawa.
Les Presses reconnaissent aussi l appui financier de la Facult des arts de l Universit d Ottawa dont a b n fici cette publication.
mes parents, affection et bienveillance.
Iman, amour et endurance.
mes filles, r g n ration et innocence.
la m moire de mon beau-p re (f vrier 2004).
" Et si l original appelle un compl ment, c est qu l origine il n tait pas l sans faute, plein, complet, total, identique soi. D s l origine de l original traduire, il y a chute et exil .
Jacques Derrida
" Le devoir et la t che d un crivain sont ceux d un traducteur .
Marcel Proust
" Un original disait : Le traducteur est sur mes traces. L ennui, c est que je suis moi-m me sur les traces de mes traces .
" Moins le traducteur abdique sa propre personnalit , plus il parvient rendre celle de l original .
Carlos Batistat
" Parmi l num ration nombreuse des droits de l homme que la sagesse du XIX e si cle recommence si souvent et complaisamment, deux assez importants on t oubli s, qui sont le droit de se contredire et le droit de s en aller .
Charles Baudelaire
REMERCIEMENTS
" Cet ouvrage n aurait pas pu voir le jour sans La formule est us e au point que l tendue de la reconnaissance qu elle suppose en devient parfois suspecte. Or, si la v rit de ce que recouvre cette formule est naturellement relativis e par l ordre de succession et de priorit des noms mentionn s, l urgence de son expression au d but de mon ouvrage ne souffre, en revanche, pas la distinction.
En effet, j aimerais d abord exprimer ma reconnaissance mes parents Yahya et Zainab qui, tout au long de mon tortueux cheminement universitaire, m ont soutenu de mani re ind fectible, notamment par leurs innombrables pri res et leur amour inconditionnel.
Je d clare ensuite ma dette la plus substantielle mon pouse Iman et, travers elle, mes filles Assma, Salam, Aman et Inas. Elle m a non seulement offert ses encouragements r p t s et le t moignage de sa confiance immense, elle qui incarnait, les jours de d pression et de grand vide, l inspiration de la d termination, mais elle m a galement et litt ralement donn (sans retour) des ann es de sa vie pour partager avec moi le fruit que j estime lui revenir tout autant.
Et puis Alexis Nouss, mentor fid le, complice de mon panouissement intellectuel et mod le vivant d humilit , d thique du savoir et de finesse d esprit, qui j exprime ma gratitude pour sa patience, sa coll gialit et sa g n reuse disponibilit . Avec lui, j ai appris tre bien plus que le simple b n ficiaire d un dipl me puisque je continue encore r colter les fruits du v cu partag qui m a nourri, comme tudiant certes, mais surtout comme tre humain qui sait, lui aussi, le go t de l alt rit et de la marge.
Je suis galement l oblig , mais si gracieusement, de mon pr facier, Nicholas Kasirer, qui a d abord t le voisin de bureau exemplaire durant les premiers mois, mais surtout le stimulus intellectuel de mes t tonnantes et incr dules laborations juridiques, tr s t t dans ma recherche. Combien pr cieux et durable est le don lorsqu il est humble et g n reux.
Je dois galement mes expressions de gratitude les plus appuy es mes amis lecteurs, traducteurs et r viseurs Gaafar Sadek et Sma l Khris qui, avec la fra cheur de leur regard neuf et l intelligence de leur esprit critique ac r , ont pass avec moi travers le laborieux ouvrage de traduction, de lecture et de relecture de ce que je suis aujourd hui fier de contempler entre mes mains.
Je remercie par ailleurs madame Ysolde Gendreau qui, malgr ses doutes et ses r serves sur l audace des th ses d velopp es dans ce livre, a eu la g n reuse pr sence et disposition de r pondre toutes mes questions li es la compr hension historique et contemporaine du droit d auteur. De m me, je formule mes remerciements aux minents sp cialistes du droit d auteur, messieurs Alain Strowell, David Weaver et Lionel Bentley, pour leur accueil chaleureux et leurs encouragements lors de ma visite dans leur universit respective Bruxelles, Oxford et Londres.
Je m en voudrais d oublier Tom Field, celui qui a patiemment dirig mes premi res recherches juridiques autour de la relation traduction-droit d auteur, ainsi que tous les biblioth caires des universit s de Montr al, d Ottawa, McGill et Pierce Law qui ont contribu eux aussi par la recherche et la transmission du moindre volume qui a permis d clairer la voie en direction de l laboration de cet ouvrage. Sans oublier Rabia Mzouji, une g n reuse main tendue de derni re heure, qui a constitu un pr cieux relais entre les ouvrages de r f rence et les exigences ditrices finales alors que je me trouvais l tranger.
Plus profond ment dans ma m moire, j aimerais galement exprimer ma reconnaissance mes fr res d armes intellectuels, notamment Tariq ramadan, Ezzedine Kateb, Fran ois Jung et Kamel Remache, qui ont, chacun leur mani re, contribu l closion, puis l panouissement de mon amour pour les choses de l esprit.
Et enfin, un dernier mot en faveur de mes diteurs (PUO et APU) qui ont investi leur confiance et leurs efforts soutenus en vue de la parution de cet ouvrage qui, faut-il le reconna tre, n a rien de conventionnel l heure o l on pr f re g n ralement ce qui confirme le discours tabli sur les infrastructures id ologiques et discursives de l re globalis e. Un grand coup de chapeau donc messieurs Eric Nelson, Alex Anderson, Michel Ballard, Gilles Bardot, et Fred Reid qui furent les dignes relais humains de la parole intempestive qui va suivre.
PR FACE
Nicholas Kasirer, Doyen et professeur James McGill la Facult de droit de l Universit McGill
Si Salah Basalamah, tournant son regard percutant sur lui-m me, d cidait de traduire son uvre 1 , quel titre anglais choisirait-t-il pour ce livre intitul Le droit de traduire ? Dans son fran ais presque trop l gant pour le discours du Droit - si pauvre d ordinaire dans la bouche des juristes qui tol rent mal les polys mies et les m taphores - M. Basalamah exprime par son titre une d licieuse ambigu t qui serait tristement mise nu, comme c est souvent le cas, par l acte de rendre l expression dans une autre langue. Dirait-il The Right to Translate , mettant ainsi l accent sur la pr rogative juridique qui revient la personne du traducteur ou de l auteur de l uvre ? Pr f rerait-t-il The Law of Translation qui annonce un projet plus vaste, portant sur l ensemble de la r glementation juridique de la traduction, voire le champ plus large des sciences sociales et des sciences humaines qui l englobe ? En effet, le mot fran ais droit voque la fois le " droit subjectif du titulaire que l on associe au terme right - de l auteur, du traducteur - et le " droit objectif que l on associe au mot law - qui d nomme le syst me juridique dans son ensemble 2 . Quel " titre pour Salah Basalamah, c t des titres de d tenteur du copyright et de docteur de philosophie qui lui reviennent d j , gr ce la loi canadienne et aux r glements universitaires, en raison de l " originalit de l uvre qu il publie aujourd hui 3 ?
Le probl me n en est pas seulement un de facture linguistique ; il se pose aussi pour la transposition des concepts d une tradition juridique l autre, une situation laquelle le traducteur en droit est souvent confront . Dans un article c l bre, le grand juriste Frederick Lawson explique que ce jeu de mots, droit- right / droit- law , renferme la fois un conflit de syst mes pist miques et linguistiques, en l occurrence les syst mes divergents que repr sentent le droit civil romano-germanique et la common law anglo-am ricaine 4 . Le droit subjectif de droit civil n existerait pas, du moins sous la m me forme, dans la tradition de la common law o les pr rogatives qui s exercent dans l int r t du titulaire n existent pas dans l abstrait mais d pendent du litige - writs before rights - pour leur naissance 5 . Le droit de traduire qu voque son titre serait ainsi innommable dans la tradition anglaise et dans la langue que repr sente son principal moyen d expression 6 . Doit-on conclure l impossibilit de rendre la pens e subtile de M. Basalamah dans une forme autre que l originale ?
Nous savons que le traducteur et le comparatiste qu est M. Basalamah n accepterait pas le drame de laisser son titre en italique : au nom de la science, mais aussi au nom de l thique si pr sente dans ce livre, l impossibilit

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents